Vous avez dit « Coaching »?

Qu’est ce que le coaching ?

Inspiré de la définition proposée par MHD Formation.

« Le coaching consiste en l’accompagnement spécifique et sur mesure d’une personne (particulier), d’un groupe de personne ou d’acteurs professionnels dans une démarche de changement ou de résolution d’une problématique pour une amélioration personnelle et/ou professionnelle.

Cela à un moment clé de la vie, à partir des besoins exprimés, pour atteindre un objectif clair, précis, réaliste, mesurable, positionné dans le temps et écologique, et définit au préalable.

Il s’axe plus sur le « Comment » que sur le « Pourquoi » car il amène à travailler à comment trouver les solutions à tel besoin ou telle problématique.
Certes dans un coaching, les sources d’une problématique, les générateurs du passé, les pourquoi ceci ou pourquoi cela, sont bien évidemment à prendre en compte et cela de manière primordiale et analytique, mais cela à des fins de mieux élaborer et oeuvrer à modifier les fonctionnements répétitifs inefficaces, à améliorer le présent et le futur. Et éviter de rester « enlisé » dans des questions déjà maintes fois ressassées et surtout des fonctionnements répétés bien qu’inefficaces.

« Si on veut obtenir quelque chose que l’on n’a jamais eu, il faut tenter quelque chose que l’on n’a jamais fait ».
Périclès

Le coaching amène durablement, la ou les personne(s), à plus de performance et de succès, d’autonomie et de réalisation de soi (groupe), grâce au développement concomitant de son (leur) potentiel(s) et de son (leur) savoir-faire.
En clair, coacher c’est aider une personne à faire, c’est l’accompagner à atteindre ses objectifs. » 

Il contribue donc à l’atteinte du bien-être, du développement personnel des individus mais aussi à améliorer les valeurs d’une entreprise, sa stratégie et encore la performance, le potentiel et le bien-être de ses salariés.
Le coaching s’adresse donc aux femmes et aux hommes pour l’amélioration de leur vie personnelle, professionnelle, ainsi qu’aux entreprises et leur acteurs (dirigeants, managers, employés, salariés, technicien, opérateurs, etc.).

C’est d’abord un espace relationnel, une relation de confiance et sécurisante, ainsi que des outils spécifiques et précis.
Un partenariat de confiance permettant aux deux acteurs de pouvoir avancer dans le travail du coaché sans crainte, ni défiance.


Le travail de coaching permet de repérer son fonctionnement au quotidien (professionnel, personnel…), surtout si des phénomènes parasites répétitifs viennent le perturber. Il permet la prise de conscience de blocages relationnels. Il consiste à questionner précisément, de façon à ce que le (ou la) coaché(e) s’interroge et reconsidère son point de vue sur lui, les autres et sa propre situation. 

Le coaching se fonde plus sur un contrat de type « changer soi-même » que « vouloir changer les autres » ; il présuppose que vous avez en vous toutes les ressources pour réussir… ou pour s’auto-saboter. 

« Les portes du changement s’ouvrent de l’intérieur » dit Jacques Salomé, donc « c’est bien que toutes les clefs sont en vous »
DLV Coaching

Enfin, le coaching est un chemin vers la maturité et l’autonomie. 
A la suite de la phase dite « d’analyse » vient la phase « d’action », où le coach accompagne son client dans la mise en place d’actions qui découlent de cette analyse. 

Finalement, le coaching est donc l’accompagnement d’une personne ou d’un groupe de personnes ou d’une institution dans une démarche de changement, d’amélioration, de stratégie de projet.

Dans tous les types de coaching, le processus est organisé à travers d’un contrat-cadre précis, clair et dans le but d’atteindre un objectif précis défini au préalable. 
Enfin ceci dans une relation de confiance, de respect, d’exigence et de bienveillance mutuelle.

Le coaching n’est pas de la psychothérapie. Il ne va pas travailler sur les origines des problématiques. Mais tout en prenant en compte ses sources, il va axer son action sur le présent afin d’aider le client dans sa dynamique de changement dans le but d’atteindre un objectif à courts, moyens et longs termes.
Il est important enfin de noter que les outils de télécommunication actuels permettent par ailleurs d’entreprendre un coaching également à distance.

Le Coach et sa posture.

Un coaching de qualité nécessite que le coach ait suivi une formation pointue dans l’accompagnement, non seulement dans la connaissance d’outils précis et spécifiques mais aussi au niveau de la Posture (bienveillance, écoute active, motivation, respect, non jugement, exigence, valorisation…). 

Le coach est à la fois un accompagnateur, un entraîneur, un manager, un formateur, un « éveilleur » de conscience, un soutien.

Il se distingue du formateur et du conseiller bien qu’occasionnellement, il peut être amené à apporter un conseil à condition d’en avoir préalablement demandé l’autorisation au client et après s’être assuré qu’au préalable le client est cherché toutes les solutions possibles.

Le coach s’assure qu’il respecte les 10 clés majeures pour un coaching de qualité: validation, responsabilisation, stimulation positive, objectif centré sur un idéal, haut niveau d’exigence, challenges, fixation de limites claires, assistance technique et affective, apprentissage constant et environnement positif.

Bien que l’atteinte à l’objectif soit de la responsabilité du client / du coaché; néanmoins, le coach a, quant à lui, le devoir de mettre à disposition tous les moyens en sa possession pour aider le coaché à travailler vers son objectif.

Pourquoi entreprendre un coaching ?

La majorité d’entre nous sait au fond de soi que ce qui fait la différence entre une vie personnelle épanouie et une vie stagnante, entre une vie professionnelle réussie et une vie tolérable ou restrictive, entre une entreprise efficiente et une entreprise qui « vivote » est principalement lié à notre développement personnel, notre capacité à changer, évoluer nous-même et nos systèmes qu’ils soient personnels, familiaux ou organisationnels / professionnels.

Qu’il soit de l’ordre de la gestion de ses émotions, de l’estime de soi que l’on se porte ou des croyances que nous avons sur nous et la vie.
Ou bien encore qu’il soit d’ordre de reconnaissances de nos ressources internes, de la libération de notre potentiel et de l’accroissement de la performance; c’est bien le développement personnel des individus et d’une institution propre qui fait la différence et qui permet de se révéler.

Nous ferons bien évidemment des différences entre:
« Life Coaching et Coaching Professionnel (coaching d’entreprise).« 

Car effet, il existe des spécificités entre ces deux catégories de coaching : Les besoins générant le désir d’entreprendre un coaching de vie (Life Coaching) sont variés.

Vous y retrouvez toute personne désirant changer ou améliorer:

  • Son développement personnel,
  • Son estime de soi (de confiance en soi, d’image de soi et d’amour de soi),
  • Sa gestion de son stress et/ou ses émotions,
  • Sa connaissance et reconnaissance de ses potentiels pour les déployer et les accroître,
  • Sa communication,
  • Sa capacité de prise de parole en public,
  • Son équilibre de vie personnelle/vie professionnelle,
  • L’engagement à développer un projet de vie,
  • Sa sérénité,
  • Sa gestion de vie personnelle / Professionnelle afin éviter un burn-out,
  • Sa vie professionnelle en souhaitant se réorienter,
  • Sa gestion de phobies,
  • Etc.

Les besoins de coaching en entreprises sont nombreux également:

  • Définir la raison d’être de sa société,
  • Mettre en place un coaching d’organisation,
  • Accroitre son potentiel et ses performances de réussites en tant dirigeant/ manager,
  • Améliorer la stratégie de sa société,
  • Mettre en place des co-développements pour la résolution de problèmes,
  • La stimulation de la créativité,
  • L’amélioration de la performance et/ou la cohésion d’équipes;
  • Aider et pour permettre à ses salariés d’accroître leur potentiel personnel & professionnel par un coaching de performance ou de bien-être.

La Déontologie

Code de déontologie des coachs.
Affiliés au réseau European Mentoring & Coaching Council
Préambule: Code de déontologie

Ce code est établi par l’EMCCEuropean Mentoring & Coaching Council exclusivement pour la pratique du coaching professionnel. Il est opposable à tout membre de l’EMCC – European Mentoring & Coaching Council. Il vise à formuler des points de repère déontologiques, compte tenu des spécificités du coaching en tant que processus d’accompagnement d’une personne dans sa vie professionnelle.

Ce code de déontologie est donc l’expression d’une réflexion éthique ; il s’agit de principes généraux.
Leur application pratique requiert une capacité de discernement.

Extrait du code de déontologie de l’European Mentoring and Coaching Concil – France.

Facebook
Instagram